8 - La cartographie au service du pouvoir

Les cartes : instruments militaires et politiques, l'exemple de la Martinique

Les enjeux géopolitiques peu matérialisés sur nos cartes exposées (hormis sur quelques cartes anglaises ou allemande) méritent un éclairage particulier de par leur importance pour la Martinique.

A l'issue de la Guerre de Sept ans (1756-1763) opposant principalement la France à la Grande-Bretagne, traduite par l'affaiblissement des espaces coloniaux français au profit de l’empire britannique, la France poursuit deux objectifs.

Mieux connaître, contrôler et défendre ses colonies des Petites Antilles et affirmer sa domination sur le territoire. Ainsi fin 1763, trois ingénieurs géographes des camps et armées René Moreau du Temple, Claude Loupia Fontenailles et Louis Gense débarquent en Martinique avec pour ordre du roi de réaliser très précisément des levés topographiques et géométriques de l'île.

Ils doivent décrire l'intérieur des terres mais également les côtes d'où peuvent venir les attaques ennemies principalement des forces anglaises occupant la Dominique.

Les travaux confidentiels de ces géographes destinés aux Dépôts de la Guerre et de la Marine, ministres et gouverneurs aboutiront à la réalisation de superbes cartes extrêmement précises surpassant largement celles des géographes de cabinet.

On peut citer la carte de la Martinique de 1764 de Loupia représentant la première opération de triangulation de l'île ou la prestigieuse carte de Moreau du Temple de 1770 d'une extrême précision toponymique.