6 - Les débuts de la cartographie moderne

L’essor des Pays-Bas...
De 1570 au milieu du XVIIe siècle, les Pays-Bas, par leur maîtrise de l'imprimerie et de la gravure, eurent le monopole de la production cartographique et influencèrent son évolution dans bien des domaines. Les maisons d’édition ne cessaient de préparer de nouvelles éditions d’atlas dans lesquelles les cartes originales dépassées étaient remplacées par de nouvelles, recueillies auprès de cartographes de tous les pays d’Europe. Les modèles finement gravés et colorés, édités en plusieurs langues et accompagnés de descriptions géographiques imprimées à l’envers des cartes contribuèrent de façon considérable à la diffusion de la culture géographique. On peut citer les noms de Abraham Ortell dit Ortelius créateur du premier atlas dans son acception actuelle ou Gerardus Mercator à l'origine de la première projection du globe apportant une réelle description des contours des terres.

...et le déclin
Toutefois bon nombre de cartographes hollandais à quelques exceptions près, utilisaient des données non vérifiées notamment en ce qui concerne les coordonnées géographiques. L’intérêt commercial et le profit remplacèrent la rigueur et les exigences scientifiques. La cartographie des Pays-Bas qui avait imprimé son orientation à la cartographie européenne, s’éteignit à la fin dans la course au profit entre ateliers, le marché étant saturé de tirages de cartes peu ou pas corrigées.