2 - Des origines aux Grecs

La représentation de l’espace
L’art de dessiner des cartes appartient probablement aux types les plus anciens de l’art graphique, commun à toutes les nations primitives. Les croquis préhistoriques avec, en quelque sorte, des éléments cartographiques, trouvés un peu partout dans le monde en témoignent très nettement. Plus de 4000 ans avant nous, les hommes fabriquaient déjà des cartes. Itinéraires gravés sur des tablettes d’argile, papyrus égyptiens portant les limites des champs… Ce sont les Grecs qui vont faire entrer la cartographie au rang de véritable science.
Pythagore et Aristote devinent déjà que la Terre est ronde, tandis qu’ératosthène, le bibliothécaire d’Alexandrie, parvient au IIe siècle avant J.-C. à calculer la circonférence de la Terre avec une précision surprenante.

Ptolémée, pionnier de la cartographie (IIe siècle de notre ère)
Le savoir cartographique culmine avec l’œuvre de Claudius Ptolemaeus communément appelé Ptolémée (vers 90-168). Bibliothécaire et astronome d’Alexandrie il est le premier géographe moderne. Sa géographie peut être considérée comme un guide pour la mise au point de la carte du monde. Elle comprend 350 points fixes déterminés astronomiquement ainsi qu’environ 8000 indications de lieux connus en fonction de leur latitude et de leur longitude. S’il est facile de connaître la latitude en mesurant les angles de l’ombre portée, le calcul des longitudes donna lieu à d’énormes erreurs d’échelle. Les calculs de Ptolémée donnaient ainsi une terre réduite aux trois quarts de sa taille réelle, ce qui incita plus tard Christophe Colomb à penser que le trajet vers l’Inde serait plus court en partant vers l’Ouest.