Disparition de Philippe Rossignol

J'ai le regret de vous faire part de la disparition, le 28 mai dernier, de Philippe Rossignol, président fondateur de Généalogie et histoire de la Caraïbe.

 

Informaticien de métier, Philippe Rossignol a été le pionnier passionné et généreux de deux fronts de la généalogie en France : le premier géographique, est celui des Antilles, le second, technologique, est celui d'internet.

 

En fondant avec son épouse Bernadette l'association Généalogie et histoire de la Caraïbe dès 1981, et en la dotant d'un bulletin mensuel largement accessible, il a ouvert la voie à de très nombreux Antillais à l'histoire familiale. Sans esprit de cercle, avec enthousiasme et engagement, Philippe et Bernadette Rossignol, animés par le souci d'ouvrir au plus grand nombre l'accès aux sources généalogiques des Antilles dès 1981, et de faire le lien entre chercheurs et grand public. Ils ont activement participé, en apportant leur aide technique et leur expérience, aux personnes d'origine antillaise en région parisienne, à retrouver leurs origines, et à dépouiller des sources spécifiques, telles que les registres de nouveaux-libres de Guadeloupe. Sans conteste, le champ de la généalogie antillaise n'aurait pas été défriché comme il l'est sans cette cheville ouvrière.

 

Sur l'autre front, Philippe Rossignol a aussi très tôt saisi l'importance d'internet pour la généalogie et a accompagné, à la Fédération française de généalogie dont il fut vice-président jusqu'en 2007, le mouvement généalogique français dans l'entrée dans l'ère du web : c'est ainsi que Généalogie et histoire de la Caraïbe (www.ghcaraibe.org ) est le plus ancien site d'association généalogique français actif, ouvert en 1996 et qu'il a porté FranceGenWeb  et Bigenet sur les fonts baptismaux. Pour la Martinique, la base de données patronymiques en ligne dédiée aux victimes de l'éruption de la montagne Pelée de 1902, à l'occasion du centenaire de cette catastrophe majeure, fut aussi un magnifique travail pour l'histoire antillaise auquel le nom de Philippe Rossignol doit rester associé. Ouverte en 2002, elle a été le résultat d'un partenariat avec les Archives départementales de la Martinique et des généalogistes professionnels et a permis de créer la première association martiniquaise de généalogie (l'AMARHISFA).

 

A la charnière entre monde de la généalogie et de l'érudition historique, Philippe et Bernadette Rossignol ont apporté aux chercheurs en histoire des matériaux documentaires précieux pour l'histoire des Antilles, jusqu'à Saint-Domingue et Cuba : des études fouillées d'histoire familiale (ainsi sur l'ascendance du poète guadeloupéen Saint-John Perse), mais aussi les fonds Debien et Chauviteau par exemple, remis aux Archives départementales de la Gironde, des archives familiales.

 

Comme le rappelle notre consoeur Anne Pérotin-Dumon, Philippe Rossignol laissera aux historiens des Antilles le souvenir d'un "homme vif, infailliblement généreux et volontiers gouailleur" qui n'a jamais hésité à apporter son aide et sa connaissance étendue et précise aux chercheurs en histoire antillaise.

 

Dominique Taffin