Départ des premières recrues martiniquaises vers la France.

Sur le "Samara", départ de recrues de la Martinique. Carte postale, cliché Leboullanger [juin 1915].

 

Archives départementales de la Martinique, collection de cartes postales isolées, 2Fi 1190.

 

Reproduction soumise à autorisation.

 

Contexte et présentation du document

Les premiers départs de mobilisés antillais et guyanais vers la France et les combats se font seulement à partir d’avril 1915. L’éloignement, l’organisation du recrutement et ses aléas ont retardé l’envoi de Martiniquais sur le front.

Les appelés quittent la Martinique à bord de navires aux noms évocateurs comme le Samara, le Venezuela, le Niagara, le Pérou, le Puerto-Rico, le Haïti…

Le document présenté est une carte postale représentant un de ces navires, dont on distingue correctement le nom "Samara", le visuel occupant quasiment tout l'espace de la carte.

Support de diffusion populaire par excellence, la carte postale fut un formidable outil d’information et de communication durant la Grande Guerre. Elle constitua également un véritable outil de propagande, mettant en avant des thèmes comme la patrie, la valeur et le courage de l’armée française ou encore les faiblesses ou "barbaries" de l'ennemi.

 

 

Commentaire historique

C'est en Martinique que tous les soldats antillais et guyanais ainsi que quelques originaires de Saint-Thomas se rassemblaient et suivaient une préparation militaire, avant d'embarquer sur les différents navires pour rejoindre les champs de bataille européens. Après la traversée transatlantique qui durait environ 12 jours, les soldats arrivaient dans les grands ports français (Bordeaux, Saint-Nazaire..) avant d'être affectés dans les dépôts d'infanterie coloniale du sud de la France, afin de parfaire leur instruction militaire.

Les soldats martiniquais mobilisés ont entre 18 et 45 ans. Sont exclus les étrangers, les originaires de l’Inde dénommés "Hindous" dans les registres officiels et les repris de justice. Deux grandes catégories de soldats se distinguent. Les engagés volontaires qui devançant l'appel de leur classe se portent candidats pour combattre et les conscrits appartenant aux classes d'âge mobilisées (classes 1889 à 1916).

Le navire "Samara" quitta la Martinique le 24 juin 1915. Il transportait à son bord, environ 1700 soldats dont 1000 martiniquais et 700 guadeloupéens prêts à défendre la "Mère Patrie" et à payer à l’égal de tous les autres Français "l’impôt du sang". Selon un article du journal La Paix du 26 juin, ce fut le plus important départ de recrues martiniquaises. Pour que l'embarquement de ce contingent se fasse sans désordre, l'autorité militaire avait tenu à les diviser par fraction de 100. La foule, assemblée sur la Savane de Fort-de-France, attendit durant une heure les convois se dirigeant par intervalles de dix minutes.