2 - Les ambitions d’un jardin du roi

La création du Jardin des Plantes de Saint-Pierre intervient au lendemain de la paix d’Amiens qui signe le retour de la Martinique dans le giron de la France en 1802. En érigeant un tel « monument » destiné à l’embellissement de la colonie, le préfet colonial Bertin et l’amiral Villaret-Joyeuse souhaitent manifester la reconnaissance des colons de la Martinique à la France. Dans la continuité des premiers jardins botaniques établis dans les îles de l’Océan indien et dans les Amériques (Bourbon, la Jamaïque, Saint-Domingue, Saint-Vincent, la Guyane), sur le modèle du Jardin du Roi, la colonie se dote ainsi, à grand frais, d’un outil précieux au service de la science mais avant tout au service du développement d’une agriculture coloniale utile à la population (plantes médicinales, condiments, plantes vivrières) et surtout rentable pour les colons (canne à sucre).