7 - LE REBELLE A L’EPREUVE DU POUVOIR. PASSER DU VERBE A L’ACTION : LE DEVOIR D’ÊTRE UTILE A SON PAYS

Il est temps de se ceindre les reins

comme un vaillant homme.

 

-Cahier d’un retour au pays natal, 1939

 

 

UNE REVOLUTION SOCIALE ET POETIQUE ?

 

Suzanne et Aimé Césaire témoignent, dans Tropiques, du « malaise antillais » et rêvent de mettre à bas le « larbinisme intégral » qui menace le pays les élites politiques d’avant guerre sont usées aux yeux de la population et la mentalité vichyste imprègne la bourgeoisie. Bien qu’entouré par des amis communistes convaincus et familier du marxisme depuis la khâgne, Aimé Césaire, comme Breton, place sur un autre plan que l’action politique l’urgence de changer le monde. Maints textes de Césaire mettent en scène un poète démiurge, fondateur d’un monde nouveau (9). Dans ses « Prolégomènes à un troisième manifeste du surréalisme ou non » (VVV, 1942), Breton redéfinit la fonction politique du surréalisme, tout en persistant dans son refus de tout conformisme et de tout système idéologique, position qui avait provoqué la rupture avec Aragon dès les années 1930.Séduit par l’écriture et la personnalité de Césaire, il lui donne sa bénédiction lorsque, suite au coup de théâtre des élections municipales, Césaire entre en politique. Lors de son passage en Martinique en mars 1946, il déclare au journal Jeunes Antilles : « Je loue sans réserve Aimé Césaire qui, dans une période historique cruciale a cédé à la pression générale qui l’appelait à représenter la Martinique à l’Assemblée constituante ; je me fais une trop haute idée de sa vocation poétique pour craindre qu’elle puisse en subir un dommage».

 

 

L’ENTREE EN SCENE POLITIQUE

 

De fait, Césaire, encouragé à l’engagement de terrain par Suzanne, est rattrapé par l’histoire et par l’enthousiasme qu’il suscite : l’immense succès de sa conférence au Select Tango, en janvier 1945, dévoile les qualités d’un tribun hors pair.Le 17 mai, Georges Gratiant, qui aurait dû être tête de liste, présente aux militants de Chateauboeuf les candidatures de Césaire et d’Aliker, visiblement portées par la section communiste de Fort de-France (10). Après la victoire aux élections municipales du 27 mai 1945, Césaire prend sa carte au parti, pour être proposé comme député, avec Léopold Bissol, à l’Assemblée nationale constituante. En octobre, il est élu et part pour Paris, laissant la gestion des affaires municipales à Georges Gratiant. Il espère ainsi concilier pour un temps son devoir envers son pays et sa vocation poétique en fait, sa carrière politique durera jusqu’en 1992 comme député et jusqu’en 2001 comme maire !

 

 

LE MYTHE DE PROMETHEE

 

L’expérience du pouvoir renforcera, dans l’œuvre de Césaire, les thèmes du sacrifice du rebelle/chef pour son peuple, de l’effort sans cesse recommencé à l’instar de Prométhée puni par Zeus pour avoir dérobé le feu pour les hommes. Pour dépasser le cycle de l’espoir et du découragement (« Clair passage de ma journée profonde », « Condition-mangrove »...), Césaire trouve dans l’action une autre forme d’accomplissement.

 

 

(9).En particulier dans « Poésie et connaissance », Tropiques, janvier 1945.

(10).Rapport de police au sujet d’une conférence électorale du parti communiste le 17 mai à Châteauboeuf, 18 mai 1945.ARCH. DEP. MART., 3M 2346/B