Aimé Césaire, un étudiant engagé à Paris (1931-1939).

L’Etudiant noir journal de l’Association des étudiants martiniquais en France, n° 1, mars 1935, page de titre et page 3.

Archives nationales d'outre-mer, FR ANOM (Aix-en-Provence)  SLOTFOMV.
Tous droits réservés.
Copie conservée aux Archives départementales de la Martinique sous la cote 1NUM7.

Contexte
L'Étudiant noir succède à L'Étudiant martiniquais, revue fondée et présidée par Gabriel Suvélor en 1932. Elle voit le jour la même année que la revue Légitime défense dirigée par Etienne Léro qui rassemble les étudiants antillais à Paris. Ces deux revues témoignent du véritable éveil des consciences qui s'opère dans le milieu des étudiants noirs en France au début des années 1930. C'est à l'instigation d'Aimé Césaire, devenu président de l’Association des étudiants martiniquais en France en 1934, que le journal prend le titre de L'Étudiant noir.

Intérêt historique
Rare exemplaire de cette revue considérée comme fondatrice du mouvement de la négritude. Conservée aux Archives nationales d'Outre-mer (ANOM), il s'agit du seul exemplaire connu et référencé dans les catalogues des collections publiques nationales.